Archives du blog

Tarte aux fruits rouges

Ingrédients :

. 500 g de fruits rouges au choix

. 200 g de sucre en poudre

. 2 oeufs

. 1 yaourt nature de 125 g

. 6 biscuits cuiller

. 1 pâte brisée

 

Recette :

. Préchauffer le four thermostat 7

. Faire compoter les fruits avec 100 g de sucre

. Mettre la pâte dans le moule et piquer le fond. Mettre sur celle-ci les biscuits cuiller émiettés.

. Dans un bol, mélanger les oeufs avec 100 g de sucre ey un yaourt.

. Verser la preparation de fruits sur la pâte puis découvrir de la préparation aux oeufs.

. Enfourner 25 mn

 

 

Publicités

Mojito (sans alcool) à la fraise

Ingrédients
200 g de fraises
1 citron vert pressé + 1 citron vert en rondelles
80 g de cassonade
10 feuilles de menthe
Eau gazeuse

Mixez les fraises en purée.
Écrasez bien les feuilles de menthe avec la cassonade à l’aide d’un pilon à cocktail pour que les parfums s’en libèrent.
Ajoutez au jus de citron.
Une fois le sucre dissous, filtrez puis transvasez la préparation dans une bouteille, ajoutez l’équivalent d’un verre d’eau gazeuse.
Au moment de servir complétez d’eau gazeuse.

Servir sur glaçons avec des rondelles de citron vert.
Décorez de quelques fraises entières ou coupées en morceaux.

(Annulé) Vente exceptionnelle de fruits rouges

image

Chères Amapiennes, chers Amapiens,

Le soleil de ces derniers jours a fait rougir les fraises et framboises de Stéphanie Maertens*, qui nous propose une vente exceptionnelle pour le 16 septembre prochain !

Le panier, proposé au tarif de 10€, sera composé de 500g de fraises et 250g de framboises 🍓🍓.

Si vous souhaitez réserver un ou plusieurs paniers, merci de passer commande par retour de courriel ; je serai présente les vendredi 2 et 9 septembre lors de la distribution pour récupérer vos paiements par chèque.

La distribution se fera le 16 septembre, à partir de 18H.

J’attends vos commandes !

Amapement vôtre 🙂

Marie Sarfaty (en remplacement de Patrick !)

* La Cueillette des 3 Pierres
Stéphanie et Hubert Maertens
http://cueilletted3pierres.blogspot.fr

Vente exceptionnelle de fruits

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Amapiennes et amapiens du Perrey, bonjour !

Nous vous proposons une vente exceptionnelle de fruits d’été pour le 19 Août 2016 au prix de 10 € le panier.

En raison d’une météo capricieuse, Hubert et Stéphanie nous proposent pour cette vente :

  • soit un panier tout fraises (1,250 kg de Charlotte),
  • soit un  panier fraises/rhubarbe comme la dernière fois,  1kg de fraises Charlotte + 1 kg de rhubarbe (dans la limite des stocks disponibles).

Merci de noter que la distribution des fruits ne pourra pas commencer avant 18 heures.

Les chèques devront être établis à l’ordre de Hubert Maertens .

Je serai présent à la distribution de vendredi prochain pour récupérer vos chèques.

Vous pouvez également me les envoyer par courrier impéraivement avant le 12 Août.

 

Patrick, référent fruits.

Première vente exceptionnelle de fruits d’été le 17 juin

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Hubert et Stéphanie Maertens, producteurs de fruits et légumes aux 3 Pierres, en cours de conversion bio, nous proposent pour cette première vente : 

un panier à 10 € se composant d’environ 1 kg de fraises (variété Cléry) et 1 kg de rhubarbe (quantité pour une grande tarte).
Les chèques sont à libeller à l’ordre de Hubert Maertens.
 
Le délai étant très court, les règlements devront impérativement être remis lors de la distribution de vendredi prochain (10 juin).


 Patrick, référent fruits.

Clafoutis fraises-basilic

Ingrédients pour 6 mini cocottes :
. 450 g de fraises
. 2 œufs
. 10 cl de lait
. 20 cl de crème liquide
. 40 g de farine
. 30 + 10 g de cassonade
. 10 feuilles de basilic
. beurre (pour les cocottes)

Préchauffez le four à 180°C.Coupez les fraises en 4. Beurrez les 6 cocottes et répartissez les fraises dedans.
Dans un saladier, fouettez les œufs et la cassonade puis continuez à mélanger en ajoutant la farine puis le lait.
Émincez les feuilles de basilic et incorporez-les au mélange. Répartissez dans les 6 cocottes.Saupoudrez avec le reste de cassonade puis enfournez 20 minutes.
Servez les clafoutis encore tièdes.

Source : Turbigo gourmandise

Ceviche de dorade aux fraises

image

Ingrédients pour 4 personnes :
.200 g de filet de dorade
.1 citron vert
.8 fraises
.Ciboulette
.Fleurs de ciboulette
.Huile d’olive vierge extra
.Poivre gris
.Fleur de sel

Préparation : 15 mn
1-
Tailler les filets en fines tranches dans le sens inverse des fibres, comme pour du sashimi. Déposer le poisson au fond d’une plat et couvrir avec le jus de citron vert. Laisser mariner 10 mn.
2-
Pendant ce temps, détailler 2 fraises bien fermes en brunoise très fine et réserver. Ecraser 2 autres fraises et mélanger avec 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, donner un tour de poivre et réserver. Ciseler la ciboulette.
3-
Égoutter les tranches de poissons puis les répartir au fond des assiettes, couvrir avec la sauce, répartir les dés de fraises et la ciboulette. Distribuer les fraises entières, parsemer les pistils de fleur de ciboulette, saler à la fleur de sel et servir frais.

La fontaine à fraises

Six bonnes raisons de boycotter les fraises espagnoles

image

La France importe plus de 80 000 tonnes de fraises espagnolesavant leur saison.  Fades, farineuses, à peine mûres, ces pseudo-fraises sont une aberration sur tous les plans.  Leur commerce est indigne de nos palais, de notre santé, de nos valeurs et même des droits de l’homme.  Opinion excessive ? Je sais, ça m’arrive quelquefois, mais là, jugez par vous-même. 

Le transport…

Pour arriver en France, cette production doit parcourir en moyenne 1500 km en camion.  Il faut 16 000 camions pour faire le parcours par an et on imagine aisément le stock de Co2 et autres parfums d’échappement qu’ils sèment sur leur chemin.  Comme la production se fait en Andalousie, son transport arrose de ses poisons lamerveilleuse réserve d’oiseaux migrateurs d’Europe du parc national proche de Guadalquivir.

L’environnement…

WWF-France s’est récemment intéressé à cette super-production qui, non seulement, contribue à une pollution très large et évitable, mais également à mettre en péril les productions locales.  On est en plein dans le phénomène si déplorable de la mondialisation de bas-étage ! Le problème, c’est l’étendue de cette culture dont 40% se fait en toute illégalité et nécessite des terres immenses (près de 6 000 hectares) dont une centaine est d’ores et déjà volée au parc national.  2 000 hectares de forêt ont été rasés pourétendre le champ d’exploitation.  Le pouvoir local ferme les yeux et ce, malgré les protestations et les interventions écologistes.  Même les forages qui permettent d’arroser les plants sont creusés en toute illégalitéet transforment peu à peu cette partie de l’Andalousie en savane, ce qui a pour effet d’atteindre de façon significative et alarmante les oiseaux migrateurs, de faire disparaître les lapins et, par conséquent, le lynx pardelle qui s’en nourrit.

Des fraises empoisonnées…

Les plants, bien que vivaces et pouvant servir à la production durant plusieurs années, sontsystématiquement et annuellement détruits dans le but de donner des fraises hors saison.  Les nouveaux plants sont réfrigérés en été (pour simuler l’hiver) de manière à activer leur production.  En automne, on nettoie et on stérilise la terre en détruisant la microfaune avec du bromure de méthyl (poison virulent interdit depuis 1987 par le protocole de Montréal sur les gaz à effet de serre) et dechloropicrine (composé de chlore et d’ammoniaque reconnu pour son effet bloquant des alvéoles pulmonaires)…

La santé…

Selon un intervenant écologiste local, les maladies pulmonaireset les affections de la peau sont légions.  Les plants poussent sur un plastique noir qui, en fin de saison, sera emporté par le vent, enfoui n’importe où, ou brûlé sur place (plus ou moins 5 000 tonnes !) et, de plus, ces plants sont généreusement arrosés d’engrais, depesticides et autres fongicides.

Les droits de l’homme…

L’immense majorité des producteurs andalous emploient des Marocains, saisonniers ou sans‐papiersdont on imagine bien qu’ils sonttrès mal payés et hébergés dans des conditions précaires.  On dit même qu’ils entretiennent les feux destinés à les réchauffer avec les résidus des serres en plastique qui recouvrent les fraisiers en hiver…

Et pour terminer, une information croustillante…

Il est déjà établi que lorsque la région sera totalement dévastée et que la production sera devenue trop onéreuse, les industriels de l’agro-alimentaire espagnols iront s’installer au Maroc…