Pâtisson, bonnet de prêtre, couronne impériale, artichaut de Jérusalem…

2161

Les pâtissons font partie de la famille des cucurbitacées. On les retrouve, parfois, cachés sous de drôles appellations : bonnet de prêtre, couronne impériale, artichaut de Jérusalem…

Dans la grande famille des cucurbitacées se distinguent plusieurs espèces, dont les plus courantes sont Cucurbita maxima (potiron, potimarron…), Cucurbita moschata (courge musquée, Butternut…) et Cucurbita pepo (citrouille, courgette…). C’est à cette dernière espèce qu’appartient le pâtisson.

Les pâtissons trouvent leurs origines chez les amérindiens ; c’est dire si certaines variétés sont très anciennes (et notamment les variétés à fruits jaunes et à fruits blancs) ! Car, en effet, il y a plusieurs variétés.

Le pâtisson est une plante annuelle dont la forme particulière du fruit lui permet d’être vite identifié parmi le nombre important des courges : circulaire, aplati et bombé au centre, sa périphérie présente une dizaine de drôle de bosses, parfois dédoublées. Plus ou moins marquées selon les variétés, elles lui confèrent parfois l’aspect d’une étoile ou d’une couronne. Les couleurs des fruits varient également : on trouve des blanc, des vert pâle, des jaunes, des panachés. Ces derniers ont une peau moins épaisse que les autres.

Les grandes feuilles vertes, largement découpées, sont piquantes, comme les pédoncules épais et cannelés. Selon les variétés, les tiges sont parfois coureuses (Pâtisson verruqueux panaché) ou non (Pâtisson Blanc, Pâtisson Orange).

Préparation et conservation

Comme la plupart des courges, plus le patisson est gros, plus il se conserve longtemps (jusqu’à 6 mois). Privilégier un endroit frais et à l’abri de la lumière pour une meilleure conservation.
Le jeune patisson peut se manger cru, coupé en fines lamelles et ajouté à une salade. Sinon, il est préférable de le manger cuit. Pour cela, vous pouvez le faire bouillir, entier, dans de l’eau bouillante pendant 30 à 40 minutes selon la taille de la bête ! Vous pouvez également utiliser votre four, après l’avoir coupé en deux, évidé et farci. Comptez alors environ 40 minutes. On peut bien sûr le couper cru pour le cuire à la poêle, en dés, ou pour le faire frire.

 

Publié le 21 août 2014, dans Aurélie Mutel, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :